La concentration en radon à l'intérieur de la maison dépend en premier lieu de la nature et la composition du sous-sol, ensuite des voies de migration du radon depuis le sous-sol vers la maison. Le radon qui s’échappe du sous-sol entre dans l’habitation en raison de la différence entre la pression d’air relativement faible dans l’habitation comparée à la pression plus élevée dans le sol.

Les taux de radon sont en général les plus élevés dans la cave et dans les pièces du rez-de-chaussée, qui sont en contact direct avec le soubassement. Divers facteurs, tels que le type de construction, le matériau employé, ainsi que la ventilation de la maison affectent l’entrée et les voies de migration du radon à l'intérieur de la maison.

Par conséquent, les stratégies de réduction du radon dans l’habitation se rangent dans 2 catégories:
  • celles qui empêchent le radon de pénétrer dans l’habitation,
  • celles qui tentent d’éliminer le radon de l’habitation, après qu’il s’y soit infiltré.

Dans la plupart des situations, la première approche – celle qui empêche le radon de pénétrer dans l’habitation – est la plus efficace.
Il existe des techniques efficaces et pour la plupart relativement simples pour empêcher le radon d’entrer dans les habitations et pour l’évacuer.

Les mesures préliminaires à prendre consistent à :
  • assurer l’étanchéité des sous-sols, des vides sanitaires, des murs, des planchers et des passages de canalisation
  • ventiler la cave et/ou les vides sanitaires.
Les principales techniques utilisées pour empêcher le radon de pénétrer dans l’habitation consistent à:
  • placer un écran pare-radon entre le sol et l’habitation de sorte à créer un écran qui empêche de radon de s’infiltrer dans les locaux habités
  • mettre en dépression le soubassement de l’habitation en créant une dépression dans le sol d’où l’air pollué en radon est extrait mécaniquement et évacué vers l’extérieur.

Pour l’évacuation du radon de l’intérieur de l’habitation, les techniques utilisées sont:

  • la ventilation naturelle ou mécanique des locaux habités
  • la mise sous pression du bâtiment (pressurisation positive) qui consiste à mettre la construction en surpression en insufflant de l’air à l’intérieur du bâtiment